Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les loisirs de LN - LLdLN
  • Les loisirs de LN - LLdLN
  • : Entrez dans l'univers d'une créatrice touche à tout qui avec ses mains fait de la broderie, de la cuisine et d'autres petits bricolages...
  • Contact

Actuellement,   visiteur(s) en ligne

pdx Couture Cuisine
papotage interview STP
aPostcrossing concours Projetplaid

"Pour me suiv

Newsletter Facebook Hellocoton Twitter RSS
newsp hellocotonp hellocotonp twitterp

Partenariat

BtoutiqueLN-1DecoGateauPetit

 bonial – prospectus et catalogues de vos magasins – moins de papier!
eBuyClub
http://img15.hostingpics.net/pics/805028logoBMS.jpg
    

Solidarité

Le blog a déménagé !

Pour le suivre, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Les loisirs de LN 

    A très vite !
signature lldlnv2 jpg

17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 11:18

C'est avec un peu de retard que je vous propose cette 3ème interview.
Mimi du Canada auteur de "Choniques éparses" a bien voulu se prêter au jeu des questions.

Mimi du Canada est une passionnée de petites croix.
Elle se livre à nous,
C'est à toi !

 

Choniques éparses 

 

 

LN : J'ai visité ton blog actuel et ton ancien blog et j'ai remarqué beaucoup de broderies étaient réalisées lors de SAL. Qu'est-ce qui t'a attiré dans la réalisation en SAL ?

Mimi : J’ai découvert les SAL assez tardivement et cela me plaît beaucoup de broder avec d’autres croixpinettes la même grille, ou une grille sur un thème commun. Je me sens moins seule !

 

LN : Depuis combien de temps brodes-tu ? et comment as-tu appris ?

Mimi : J’ai appris toute seule, je me souviens petite que je faisais du canevas mais je ne me souviens pas quand je suis passée au point de croix. J’ai arrêté de broder pendant de longues années et j’ai repris en 2008 lors de ma dépression, c’est un excellent antidépresseur naturel !

 

LN : Utilises-tu une autre marque de fils que DMC ?

Mimi : J’ai une préférence pour les fils Anchor, moins chers que les DMC, déjà sur cartonnette et plus facilement trouvables dans ma ville. Malheureusement, cela m’est devenu impossible d’en trouver (les stocks ne sont plus renouvelés) alors pas le choix de me rabattre sur les DMC.

 

LN : Quelle est ta couleur préférée ?

Mimi : Pendant longtemps ce fut le bleu, maintenant ce sont plus les couleurs chaudes, mais c’est par période, j’ai une attirance en ce moment pour les roses !

 

LN : Sur quelle toile ou quel support, aimes-tu broder ? Pourquoi ?

Mimi : Je n’ai brodé pour le moment que sur de l’aïda 5.5 et sur du lin 12 fils. Cela m’a pris du temps pour passer au lin, j’étais persuadée que ma vue ne pourrait pas suivre mais finalement ça roule! Pas de réelle préférence, les deux étant différents : l’aïda pour broder au boulot par exemple durant mes pauses car cela demande moins de concentration et le lin à la maison quand je suis tranquille !

 

LN : Y a-t-il une technique que tu aimerais découvrir, si oui laquelle ?

Mimi : Le cartonnage ! Je vais me lancer dedans un jour, je suis toujours à la recherche de nouveaux supports pour mettre en valeur mes broderies terminées.

 

LN : As-tu une bête noire en broderie ?

Mimi : Les points arrières, je déteste !!!

 

LN : Parlons un peu du Canada. Tu es « exilée » au Canada depuis quelques années. Quelles sont les différences fondamentales avec la France ?

Mimi : Je vis au Canada depuis 8 maintenant, 4 ans passés dans la province du Québec et 4 ans en Ontario, province où je vis actuellement et j’ai la double nationalité.

 

Personnellement, je préfère utiliser le terme émigrée à exilée, car ce dernier sous entend souvent, un retour implicite dans le pays d’origine, comme pour les salariés qui sont envoyés x années à l’étranger par leur entreprise.

 

Mais pour en revenir au sujet, les différences fondamentales sont : la facilité de trouver un emploi (et de le perdre, ça marche dans les deux sens), la quasi absence de protection sociale (le Québec est beaucoup plus avancé que le reste du Canada, nous sommes un pays fédéral, ne pas l’oublier); le respect des différences, l’absence d’agressivité dans le quotidien (les incivilités diverses ou les violences que la France connaît souvent); la possibilité d’occuper des emplois dans lesquels on vous donne une chance de vous épanouir, le recrutement étant basé ici en premier lieu sur les compétences et non sur l’expérience et/ou les diplômes. Ceci n’est qu’un léger survol des différences, on pourrait en parler durant des heures.

 

Pour conclure, LA différence ultime pour moi est le positivisme. Parfois exaspérant, mais très agréable et apprécié. Au lieu de s’apitoyer sur une erreur, sur un évènement passé sur lequel on a plus auquel contrôle (ce qui est fait est fait), on se concentre sur l’avenir en se disant qu’on fera mieux la prochaine fois! Mon dieu que cela fait du bien !

 

LN : Qu’est-ce qu’il te manque le plus au Canada qui tu avais en France ?

Mimi : Au fil des années les manques changent avec l’adaptation et l’intégration, mais je ressentirai toujours le manque de mes vieilles pierres (rien d’étonnant pour une ancienne archéologue amoureuse du Moyen-âge).

 

LN : En terme de loisirs créatifs, quelles sont les choses qui n’existent pas en France ?

Mimi : Je ne sais pas ayant oublié ce qui se faisait en France quand je suis partie et ignorant ce qui s’y fait maintenant. Mais je pense que les amatrices de scrapbooking seraient comblées ici, les rayons sont plein à craquer de matériel !!!

 

LN : Nous avons une passion commune l’Italie. Mais d’où te vient-elle ?

Mimi : J’ai étudié l’histoire de l’art et je rêve de voir enfin les œuvres, les monuments qui me font rêver depuis des années.

 

LN : Fais-tu une collection ?

Mimi : Oui, de petites bouteilles en verre bleu.

 

LN : Qu'est ce qui t'a amené à ouvrir un blog ?

Mimi : Parce que j’aime écrire, partager et découvrir.

                                                                                                               

LN : Grâce à lui as-tu fait des rencontres qui sont maintenant plus que virtuelles ?

Mimi : Pas encore car je suis au Canada et mes copines du net sont pour la plupart en France.

 

LN : Quel est ton péché mignon ?

Mimi : Les gâteaux, les bonbons, les sucreries !!!

 

LN : Qu'est ce qui t'inspires ?

Mimi : Les petites choses de la vie quotidienne, ce que je vois, je lis, je mange, etc. Je suis souvent inspirée sur un coup de tête, une inspiration soudaine.

 

LN : Combien de temps par jour consacres-tu à tes activités créatives (blog-broderie tout confondu) ?

Mimi : Cela varie énormément selon mon humeur! Pour donner une idée cela peut aller entre 1 heure et 3 heures (je travaille à temps partiel).

 

LN : Que ressens-tu quand tu crées ?

Mimi : La liberté, l’évasion, et le plaisir de voir aboutir une idée, une sensation, une envie.

 

LN : Quel serait le plus beau cadeau que l'on puisse te faire ?

Mimi : Une carte-cadeau chez le Suédois par m’aider à organiser et avoir accès à toutes mes bricoles pour le scrap, la broderie, etc.

  

LN : Y a-t-il des jours où tu n'arrives à rien ?

Mimi : Oui, quand je veux être perfectionniste et ça m’arrive souvent, notamment en couture où je débute.

 

LN : Quel est le prochain SAL dans lequel tu vas te lancer ?

Mimi : Je suis en train de broder les Recettes sucrées de Lili Point.

 

LN : Y a-t-il une activité manuelle que tu aimerais essayer et dont tu n'as jamais osé te lancé ? Si oui, laquelle et pourquoi ?

Mimi : La couture de vêtements, j’ai appris à utiliser une machine à coudre toute seule mais j’aimerai pouvoir faire plus avec. Et toute seule, ce n’est pas facile.

 

LN : Enfin, pour finir, est-ce que tu crois qu'une créatrice sommeille en chacune d'entre-nous ?

Mimi : Oui, et bien souvent on n’ose pas se lancer et on étouffe notre créativité en ayant peur de l’échec, peur des jugements.

 

La mienne s’est développée grâce à une femme merveilleuse, ma tante âgée de 81 ans maintenant, et qui a toujours peint, joué de la musique, cuisiné, fait ce dont elle avait envie. Mon oncle quant à lui faisait encore plus ce qu’il lui passait par la tête et je pense que j’ai hérité de lui. Il jardinait, cuisinait, sculptait, peignait, créait avec des boîtes de conserve, etc.

 

Il faut avant tout se faire plaisir, aussi, il ne faut pas réduire la créativité aux loisirs manuels, car cuisiner un plat, aménager une plate-bande, décorer une pièce de sa maison, etc. font partie de la créativité.

 

Je te remercie de t'être prêtée au jeu des questions.
Ce fut réel un plaisir de te découvrir davantage. 

 

Vous en savez maintenant un peu plus sur l'univers Mimi du Canada
et je vous invite à visite son blog pour admirer ses oeuvres.

  Si comme Mimi du Canada, vous souhaitez  être interviewé(e), vous pouvez vous inscrire ICI

Partager cet article

Repost 0
Published by LN - dans Interviews
commenter cet article

commentaires

Sandra 22/07/2010 09:23



J'aime beaucoup ta broderie avec les poules !! Bonne journée


Petzi



LN 22/07/2010 09:49



Ce n'est pas ici, qu'il faut que tu le dises, mais sur son blog !
Bonne journée



brodi28 17/07/2010 17:26



sympa comme tt cet interview !!


bise



LN 17/07/2010 19:46



Ravi qu'elle te plaise !
Biz



Luna 17/07/2010 16:08



merci, c'est très très sympa à lire !



LN 17/07/2010 17:14



Ravie de t'avoir fait découvrir Mimi du Canada.
Bon après-midi !



adrienne480 17/07/2010 11:35



sympa cet interview !! on je lui fais plein de kiss à la canadienne



LN 17/07/2010 12:30



Ravie de te faire découvrir Mimi du Canada !
Bonne journée